Comment convaincre l'esclave de rester esclave: Le Mooc pédagogue et Perette

Le terme moderne « esclavage » vient du latin médiéval sclavus déformation du mot latin slavus (le slave)1. Le mot « esclave » serait apparu au Haut Moyen Âge à Venise2, où la plupart des esclaves étaient des Slaves des Balkans, « une région qui s'appelait autrefois « Esclavonie », puis Slavonie, et qui est récemment devenue indépendante, sous le nom de « Croatie » ». La même racine se retrouve dans le mot arabe saqaliba[réf. nécessaire].
Rome pratiquant l'esclavage, comme d'autres peuples antiques, le latin disposait évidemment d'un terme pour désigner l'esclave : servus, qui a conduit aux termes « servile » et « servilité », relatifs à l'esclave et à sa condition. Ce mot a aussi donné naissance aux termes « serf » du Moyen Âge et aux modernes « service » et « serviteur ».
Wikipedia

Avant que les associations ne me tombent dessus pour incitation à la déchéance humaine mais surtout en mémoire pour les millions d'êtres humains qui ont été et qui continuent à être réduit à l'état de bien matériel d'une autre personne, je me dois de préciser le contexte de ce titre : l'éducation et la formation.

Le pédagogue est :

Du latin paedagogus (« esclave qui accompagne les enfants, précepteur »), tiré du grec ancien παιδαγωγός, paidagōgos (« esclave chargé de conduire les enfants à l'école, précepteur d'un enfant »), de παῖς (« enfant ») et de ἄγω (« conduire »).

Tel est donc le contexte dans lequel j'utilise cette expression, ni plus ni moins.

J'aurais pu écrire un autre titre avec d'autres termes, comme la guidance ou l'apprenance développée par le professeur Philippe Carré, j'ai bien conscience que mon titre interpellera les titans qui résistent face à l'éclosion du nouveau monde numérique. mais il a aussi pour objectif d'interpeller les déterminismes pédagogiques de certains Mooc-concepteurs.

Dans un serious games éducatif ou formatif, tout est mis en œuvre pour que l'apprenant vivent une expérience heureuse, ludique et formative.
Dans une salle de classe qui intègre les TICE, les professeurs s'adaptent au fait que les solutions mises à disposition ne sont pas pleinement opérationnelles et peuvent être un frein à l'envie d'apprendre ou à mieux enseigner.
Dans le MOOC World, les diverses taxonomies 6 ou 8, à ce jour, montre que cette guidance, ces règles élémentaires de l'apprenance sont loin d'être respectées par certains Moocs.

"Il faut que l'apprenant accepte de se noyer", Dave Cormier cette symbolique très proche du rebirth dont les risques sont connus et reconnus comme les effets secondaires.

Pour éviter qu'il se noie réellement, des Mooc-concepteurs préconisent des compétences primitives pour suivre cet enseignement. Vous noterez comme moi le paradoxe : Pour apprendre, il faut savoir apprendre ! Et pour donner du scientisme à tout cela, une belle carte des compétences primitives très bien marketée mais dont les biais sont plus que nombreux a été créée.
Certains spécialistes du Tutorat en ligne comme Jacques Rodet précise l'importance de mieux accueillir, mieux guider, mieux accompagner, de proposer un réel tutorat numérique pour éviter au mieux l'abandon. Car au-delà d'un abandon qui peut-être et qui doit être considéré comme un évènement naturel, il est nécessaire de tout mettre en œuvre pour ne pas supprimer l'envie d'apprendre chez les individus qui se détournent des Moocs solutions notamment connectivistes dans le contexte actuel de l'emploi.

Tant nous avons l'opportunité nous citoyens des pays riches de multiplier les occasions d'apprendre même si on peut déplorer le faible taux d'accès à la formation des demandeurs d'emploi et des salariés peu qualifiés

(Cliquez sur la carte pour l'agrandir)

 tant d'autres pays l'accès à l'éducation et à la formation est marginale : Message de l'Unesco 

Selon , 57M d’enfants abandonnent l’école, la moitié d’entre eux est susceptible de ne jamais y retourner


Perrette, sur sa tête ayant un pot de lait
           Bien posé sur un coussinet,
Prétendait arriver sans encombre à la ville.
Légère et court vêtue, elle allait à grands pas,
Ayant mis ce jour-là, pour être plus agile,
            Cotillon simple et souliers plats.
            Notre laitière ainsi troussée
            Comptait déjà dans sa pensée
Tout le prix de son lait; en employant l'argent;
Achetait un cent d'oeufs, faisait triple couvée:
La chose allait à bien par son soin diligent.
            «Il m'est, disait-elle, facile
D'élever des poulets autour de ma maison;
            Le renard sera bien habile
S'il ne m'en laisse assez pour avoir un cochon.
Le porc à s'engraisser coûtera peu de son;
Il était, quand je l'eus, de grosseur raisonnable:
J'aurai, le revendant, de l'argent bel et bon.
Et qui m'empêchera de mettre en notre étable,
Vu le prix dont il est, une vache et son veau,
Que je verrai sauter au milieu du troupeau?"
Perrette, là-dessus, saute aussi, transportée:
Le lait tombe; adieu veau, vache, cochon, couvée.
La dame de ces biens, quittant d'un oeil marri
            Sa fortune ainsi répandue,
            Va s'excuser à son mari,
            En grand danger d'être battue.
            Le récit en farce en fut fait;
            On l'appela le pot au lait.

            Quel esprit ne bat la campagne?
            Qui ne fait châteaux en Espagne?
Picrochole, Pyrrhus, la laitière, enfin tous,
            Autant les sages que les fous.
Chacun songe en veillant; il n'est rien de plus doux:
Une flatteuse erreur emporte alors nos âmes;
            Tout le bien du monde est à nous,
            Tous les honneurs, toutes les femmes.
Quand je suis seul, je fais aux plus braves un défi;
Je m'écarte, je vais détrôner le Sophi;
            On m'élit roi, mon peuple m'aime;
Les diadèmes vont sur ma tête pleuvant:
Quelque accident fait-il que je rentre en moi-même,
            Je suis Gros-Jean comme devant.

 Jean de la Fontaine



Images interactives : Faite glisser le mulot